Faut-il avoir peur de Windows 10 ?

nanite_011_windows_10_peurDepuis la récente sortie de Windows 10, une petite polémique lui colle à la peau. Concernant le respect ou non de notre vie privée. Faut-il avoir peur de Windows 10 ? Faut-il s’en méfier ? Va-t-il discrètement aller lire vos moindres secrets, va-t-il regarder du coin de l’œil vos photos ? Faisons très rapidement le point. Finalement, c’est beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Une petite tempête dans un verre d’eau. Rien de neuf sous le soleil. Pourquoi ? Car tout simplement, Windows 8(.1) le faisait déjà (en partie) et les autres comme Google, Apple, Facebook, Twitter, Amazon, … ne s’en privent pas et ce depuis déjà un bon bout de temps.

Extrait de la déclaration de confidentialité de Windows 8.1 d’août 2013 :

« Les informations personnelles que nous collectons auprès de vous sont utilisées par Microsoft, les filiales qu’elle contrôle et ses sociétés apparentées, dans le but d’activer les fonctionnalités que vous utilisez, de fournir les services ou de mener à bien les transactions que vous avez demandées ou autorisées. Elles peuvent également servir à analyser et améliorer les produits et services proposés par Microsoft. »

Avec Windows 10, Microsoft a souhaité simplifier tout ça. Le rendre encore plus transparent. Toutefois, cette transparence est à double tranchant. Sans doute un effet du « Suivant, clic, clic, suivant, suivant, suivant, J’ai lu et j’accepte, suivant. » que personne ne lit jamais et que désormais quelques uns ont exceptionnellement lu.

Politique de confidentialité de Windows 10 :

« Les données que nous collectons peuvent inclure votre nom, votre adresse de messagerie, vos préférences et centres d’intérêt, votre emplacement, l’historique de votre navigation, de vos recherches et de vos fichiers, les données de vos appels téléphoniques et SMS, les données de configuration des appareils et des capteurs, les informations entrées sous forme vocale, textuelle ou manuscrite, ainsi que l’utilisation des applications. »

Extrait suivant :

« Microsoft utilise les données collectées à partir des logiciels et des services du Programme pour mettre en œuvre, améliorer et personnaliser les produits et services Microsoft. Par exemple, nous utilisons vos données vocales pour améliorer la reconnaissance vocale, nous utilisons vos données de paramètres pour synchroniser et déplacer vos paramètres entre les différents appareils et nous utilisons les informations sur vos centres d’intérêt pour mieux adapter le contenu et les annonces que nous vous présentons. »

Concrètement ? Le système d’exploitation à l’heure actuelle n’a plus rien à voir avec ses ancêtres. Avec les tablettes et autres smartphones qui sont passés par là, désormais, les utilisateurs veulent profiter de 1001 fonctions sympas, cool, … comme ça se fait ailleurs. Microsoft analyse donc certaines de vos données personnelles (via des algorithmes automatiques – c’est-à-dire que personne chez Microsoft ne s’amuse à lire une à une vos informations) dans le but de rendre votre expérience plus personnalisée sur Windows, plus proche de vous. Au passage il vous cible aussi bien mieux qu’avant pour vous envoyer de la pub, mais ça, c’est le revers de la médaille. « Gratuit…, blablabla, vous le produit, …, blablabla… », vous connaissez déjà. Forcément, pour que « Hey Cortana, rappelle-moi d’acheter du pain demain » ou « Hey Cortana, lance Candy Crush » fonctionne, il faut un minimum que le système reconnaisse votre voix et dispose de l’accès aux applications tierces.

windows-10_confidentialite

Tout ça vous horripile ? Ça vous hérisse le poil sur les bras ? Vous vous dites : « Si j’avais su, j’aurais pas venu ! » ? Rassurez-vous, il existe une solution. Et même plusieurs ! Bien entendu, libre à vous de rester sur Windows 7. Il sera encore supporté jusqu’en 2020. Vous avez encore le temps de voir. D’origine dans Windows 10 vous pouvez désactiver ces fonctionnalités qui, à vos yeux, bafouent un peu trop votre vie privée. Il existe même un utilitaire pour faire ça automatiquement (abordé dans un prochain article bientôt). Et si vraiment vous tenez à votre vie privée, vous pouvez utiliser un système d’exploitation libre. Comme GNU/Linux avec une distribution comme Fedora, CentOS, Elementary, … Mais si vous poussez le raisonnement jusqu’au bout, vous devrez alors aussi vous séparer de votre smartphone, de votre adresse Gmail, de votre compte Facebook, etc.

Sources : Clubic & Korben